Une ambition environnementale minimaliste de la part des élus majoritaires LREM

Dans un monde où la communication est souvent plus importante que l’action, la majorité municipale LREM de notre ville parle de biodiversité, « et en même temps »,  défend bec et ongles un méga projet de logistique de massification dont les habitants apprécieront l’étendue des nuisances environnementales.

« En même temps » elle achète l’électricité à l’un des seuls producteurs du marché qui investit aussi peu pour produire de l’énergie renouvelable…et est l’un des plus « mauvais » des 19 fournisseurs [i] . Elle ne relaie pas les consultations citoyennes comme celle de l’Assemblée Nationale sur la transition écologique [ii] .

« Et en même temps » elle fait de notre ville la plus mauvaise de la communauté de communes en termes de mobilisation de subventions pour la transition énergétique [iii]. Pour rappel, dans le cadre des « Territoires Engagés Pour la Croissance Verte », les travaux d’économies d’énergie des collectivités étaient financés à 100% : quand des communes voisines ont mobilisé jusqu’à plus de 200 € de subvention par habitant, la majorité LREM saint sulpicienne en a mobilisé…2 € ! Du reste, les débats portés par l’opposition en commission ou en conseil municipal sur les questions environnementales, se heurtent  au mieux à une écoute distraite, au pire à un mépris souverain. Il est vrai que dans ces occasions il ne s’agit plus de communiquer, mais de prendre des décisions pour agir…

L’opposition municipale porte une véritable ambition environnementale, qui si elle était partagée, aurait pu permettre à l’ensemble des élus toutes listes confondues, de travailler ensemble pour candidater au dispositif « Territoires Engagés pour la Nature ». Ce dispositif national, porté en Occitanie par l’Agence Régionale de la Biodiversité, l’Etat, l’Agence de l’Eau et la Région, aurait positionné l’engagement de notre ville sur les questions environnementales, et à terme permis de faciliter des partenariats pour financer des actions, voire flécher des aides nationales et régionales. En tous cas, ce dispositif pour agir et se mobiliser autour de la biodiversité permet l’émergence de projets innovants, d’initiatives et de partenariats locaux, pour lesquels l’important n’est pas le niveau mais la démarche de progrès : mêmes les plus petites communes qui le souhaitent peuvent s’y retrouver. Pas Saint Sulpice.

LIRE : https://engagespourlanature.biodiversitetousvivants.fr/territoires/index.php/candidatez/occitanie/

Il aurait fallu pour cela déposer une candidature en ligne sur la plateforme TEN avant le 26 juillet : https://engagespourlanature.biodiversitetousvivants.fr/territoires/, mais surtout…il aurait fallu avoir « en même temps » une réelle volonté politique.

[i] https://www.guide-electricite-verte.fr/

[ii] http://www2.assemblee-nationale.fr/consultations-citoyennes/consultation-citoyenne-en-cours

[iii] LIRE page 7 : https://fr.calameo.com/read/005816101f6f97a609900

Fermer le menu