Lundi 29 juillet 2019…

« L’humanité vit à crédit à partir de lundi[i] car elle a déjà consommé toutes les ressources naturelles qu’offre la planète, soit deux mois plus tôt qu’il y a 20 ans, selon les calculs de Global Footprint Network.(…) Pour WWF, associé à Global Footprint Network, «Si tout le monde vivait comme les Français, il faudrait 2,7 planètes» et cinq si tout le monde adoptait le monde de consommation des Américains. »

Il faudrait, pour agir au niveau de Saint Sulpice la Pointe, avoir une politique ambitieuse pour que les saint-sulpiciens :

  • se déplacent -au moins le week-end, puisqu’en très grande majorité ils travaillent en semaine à l’extérieur de la commune- à pied ou à vélo. Au lieu de cela, la municipalité fait disparaître des pistes cyclables au profit des voitures avenue Camus, rend les passages piétons dangereux et inadaptés (avenue Camus, chemin de la Planquette, etc.), et fait disparaître les rares range-vélos (esplanade Octave Médale) publics ;
  • consomment des produits d’alimentation les plus locaux possibles. La majorité LREM fait au contraire la promotion de la logistique de massification pour des enseignes tristement célèbres comme Alibaba ou Amazon dans la ZAC des Portes du Tarn;
  • soient encouragés à faire des constructions à faible consommation énergétique et/ou avec des matériaux à faible impact carbone, à travers les règles du Plan Local d’Urbanisme. Au lieu de cela, la majorité municipale ne prévoit rien à ce sujet dans le PLU en révision, mais s’attache par exemple à sanctionner les particuliers qui souhaitent construire avec des toitures terrasse, indifféremment d’une approche sur la qualité des matériaux bio-sourcés, l’isolation par l’extérieur en toiture-terrasse ou encore sur la production d’énergie photovoltaïque ;
  • soient encouragés à évoluer vers des pratiques généralement plus éco et énergético-responsables, comme cela se fait dans nombre de communes. Au lieu de cela, l’équipe de M. Bernardin préfère se mettre en scène à travers un plan de communication tous médias confondus, quitte à s’inviter physiquement dans les repas de quartier…

A son crédit, car il ne faudrait pas que les qualifiés de « grincheux qui parlent plus qu’ils n’agissent », ne soient que dans la critique, saluons le fait que  la municipalité a acquis 3 magnifiques véhicules électriques bleu blanc et rouge, qui, au-delà de cet amusant esprit cocardier, montre un aspect de son attachement à l’écologie. Mais n’est-ce pas plus  le côté visible et populiste, et non les problèmes de fond qui sont mis en avant dans cette démarche ?   

Et nous ? que faisons-nous au quotidien pour prendre notre part d’un défi que nos enfants pourraient bientôt nous reprocher de n’avoir pas relevé ?

Pour savoir où nous en sommes chacune, chacun, voici un petit test qui par exemple aurait pu être relayé sur le site internet de la commune : calculer son empreinte écologique ici.

[i] Libération du 29 juillet 2019

Fermer le menu