Quand la majorité municipale vote contre une saine concurrence, à qui cela peut-il profiter ?

Pourquoi l’opposition municipale se soucie-t-elle, régulièrement, de faire passer l’intérêt général avant les intérêts privés ? Parce qu’elle est profondément convaincue que c’est la responsabilité des élus de la collectivité, par exemple, de mettre en concurrence pour avoir les meilleures offres, les meilleurs services pour les saint sulpiciens. On appelle cela le souci de l’intérêt général, pour le service public. Exemple avec l’entreprise de mobiliers urbains Naja, dont les totems (devant la Banque Populaire, la Caisse d’Epargne…) affichent côté recto des publicités, et au verso un plan de la commune et la localisation de certains équipements publics et commerces.

La convention d’occupation du domaine public arrivant à terme, dans un contexte où notre ville s’est vue envahir par une pléthore de panneaux publicitaires, trois solutions s’offraient à la commune. Première solution : elle décide que ces panneaux disparaissent, en ne repartant pas sur une convention avec la société Naja ni avec aucune autre société. Deuxième option : elle fait jouer la concurrence pour choisir la meilleure offre de la part de plusieurs sociétés, dont le titulaire en cours, Naja. Dernière solution : elle ne remet pas en concurrence les sociétés entre elles et  maintient la société existante.

Le sujet a été mis à l’ordre du jour du conseil municipal du 24 mai  2018, mais en ne laissant pas de choix entre ces 3 solutions, et proposant au vote la dernière des hypothèses. Face aux questionnements de l’opposition, « Mme Laurence SENEGAS répond que (…) Un site Internet mettra en avant les offres promotionnelles en fonction des périodes commerciales avec la possibilité d’y insérer des photos et de personnaliser les offres des artisans, des entreprises et des professions libérales. Elle précise que ce n’est pas un site géré par la Commune. La mise à jour sera réalisée par les commerçants.

  • Christophe LEROY précise qu’avec d’autres prestataires, la Commune aurait peut-être pu bénéficier de services différents. (…) L’offre est intéressante, cependant, il déplore qu’une concurrence n’ait pas eu lieu afin d’avoir plus de variétés(…).
  • le Maire: L’entreprise NAJA est spécialisée dans la communication vertueuse et non pas dans la pollution visuelle, peu importe où se situe le mobilier. C’est de l’information qualitative. De plus, le plan de la ville sera inséré et permettra une information pour les touristes. (…) Le prestataire NAJA que la Commune a choisi est de qualité avec une mise en avant pour les commerçants. (…)
  • Le Maire rappelle que la plus-value apportée par NAJA est la création du site évoqué par Mme Laurence SENEGAS. »[1]

Non seulement la société Naja a été choisie sans aucune mise en concurrence, donc, mais en plus elle a bénéficié d’un cadeau exorbitant puisqu’elle pourra occuper le domaine public sur une durée de 12 ans ! Pour ce qui est du site internet promis par la majorité municipale, à ce jour il reste introuvable. Enfin, pour ce qui est des plans de la ville, tout le monde constatera qu’avec une localisation du Club du 3ème Age ou encore du Relais Assistante maternelle dans le parc Spénale, le moins que l’on puisse penser c’est que tout cela n’est pas très sérieux :

Les commerçants et les touristes, mais aussi et surtout les saint-sulpiciens, apprécieront le décalage entre les beaux discours et la réalité…

[1] extraits du compte-rendu du conseil municipal du 24 mai 2018

Fermer le menu